PRÉPARATIFS


Souvent les mariés regrettent après coup de ne pas avoir invité le photographe à les suivre lors de leurs préparatifs. En effet ce sont souvent les meilleurs moments car vous êtes encore détendus et surtout entourés uniquement de vos proches –parents, frères et sœurs, témoins-. Après, viendront se rajouter tous vos invités. De plus c’est lors de ce moment d’intimité que la relation souvent se crée entre le photographe et les proches qui dès lors n’hésiteront pas, le reste de la journée, à faire appel à lui.

Les préparatifs sont également des grands moments d’émotion, je pense notamment à la mariée dont on peut suivre la métamorphose. La coiffure et le maquillage sont des moments essentiels. Je me rappelle notamment cette mariée maquillée par sa sœur. Une émotion toute particulière est née à ce moment. Et les photos le révèlent.

Puis vient la robe, souvent mise en présence des mamans ou des témoins. Et ces premiers regards, cette découverte émerveillée de la princesse qui apparaît, sont incroyables. Bien évidemment, je suis consciente de la difficulté de s’habiller face à une inconnue. Aussi je sais me retirer lorsque l’émotion devient trop forte ou lorsque la mariée à besoin de se recentrer.

Le marié n’est pas en reste. En effet si vous le souhaitez, mon assistant peut le suivre également. Alors, dans votre reportage à l’ambiance boudoir des préparatifs féminins viendra s’ajouter une ambiance plus virile, plus calme ou alors complètements folle. Je pense notamment à cette surprise qu’avaient préparée les témoins du marié. Ils avaient tous unifié leurs chaussettes et caleçons – des nounours roses-. Lorsque les témoins ont revu les photos de ce moment, les rires ont de suite fusé.

Bien évidemment être présent à la fois avec la mariée et le marié permet de suivre les parents. Quel bonheur de pouvoir retrouver le regard ébahi du père de la mariée découvrant sa fille ! Et la mère du marié qui ne peut s’empêcher de remettre le nœud de la cravate de son fils, qui décidément a grandi trop vite !

Enfin les préparatifs se finissent et j’en profite pour rester avec la mariée et faire une série de portraits. En effet si l’on attend la fin de la cérémonie, la coiffure et le maquillage n’auront déjà plus la même tenue. De plus, cela permettra de raccourcir la séance de photos posées car la mariée ne se trouve pas encore emportée par la valse des félicitations et salutations. 

 


©Muriel Bergasa photographe mariage 92 Hauts-de Seine
©Muriel Bergasa photographe mariage 92 Hauts-de Seine
©Muriel Bergasa photographe mariage 92 Hauts-de Seine
©Muriel Bergasa photographe mariage 92 Hauts-de Seine
©Muriel Bergasa photographe mariage 92 Hauts-de Seine
©Muriel Bergasa photographe mariage 92 Hauts-de Seine
©Muriel Bergasa photographe mariage 92 Hauts-de Seine

© Muriel Bergasa, Photographe Mariage 92
© Muriel Bergasa, Photographe Mariage 92
© Muriel Bergasa, Photographe Mariage 92
Photographe mariage Paris Préparatifs

Photographe mariage Paris Préparatifs
© Muriel Bergasa, Photographe Mariage 92
© Muriel Bergasa, Photographe Mariage 92
© Muriel Bergasa, Photographe Mariage 92
© Muriel Bergasa, Photographe Mariage 92
© Muriel Bergasa, Photographe Mariage 92
Muriel Bergasa Photographe Mariage 92

" Là où est la paix Dieu habite. " Le Roman de Renart - XIIe siècle.

Tous réunis lors de cette veillée œcuménique pour la paix. Qu'il est bon de voir se réunir et prier toutes les religions pour la Paix.

Eucharistie: Empr. au lat. chrét. eucharistia « action de grâces; ce qui a été consacré par la prière d'action de grâces, le pain, le vin eucharistique » (Blaise), celui-ci empr. au gr. class. ε υ ̓ χ α ρ ι σ τ ι ́ α « reconnaissance; action de grâces », gr. chrét. « le sacrifice de l'Eucharistie ».

Trésor de la Langue française

La célébration de la messe s’ouvre par des rites d’introduction : « ces gestes, qui risquent de passer inobservés, sont très importants parce qu’ils expriment dès le début que la messe est une rencontre d’amour avec le Christ », explique le pape François.

"On exprime ainsi la foi commune et le désir mutuel de rester avec le Seigneur et de vivre l’unité avec toute la communauté.

Et c’est une symphonie priante qui se crée et qui présente aussitôt un moment très touchant"

Audience générale du 20 décembre 2017. Pape Françoise.

Avez-vous choisi votre devise en tant qu’évêque ?

Oui, il s’agit de l’expression latine Sursum corda. La traduction française serait « Haut les cœurs » mais je préfère la traduction liturgique : « Élevons nos cœurs ». Je l’ai reçu comme une évidence pour trois raisons : le cœur est d’abord un lien eucharistique, une source vivante pour la mission que le Christ nous confie. Comme le dit saint Paul, c’est également une invitation à regarder les réalités d’en haut et à bien vivre sur Terre quand le cœur est tourné vers le ciel. Enfin cela signifie que le Seigneur veut habiter nos cœurs.

https://fr.aleteia.org

Agnès Pinard Legry 

05 juin 2018

"Bénir est un acte essentiel de la vie religieuse. L’homme, de nature religieuse, a toujours cherché la bénédiction pour lui ou pour les autres. La Révélation à Abraham jusqu’à son accomplissement dans le Christ est une bénédiction. « Je te bénirai », dit Dieu à Abraham (Gn 12, 2). Et Paul, contemplant l’accomplissement dans le Christ, « loue Dieu qui nous a bénis par toutes sortes des bénédictions spirituelles, aux cieux, dans le Christ » (Ep 1,3). Dieu bénit l’homme ! Voilà l’essentiel."

Selon un article de Mgr Pierre d’Ornellas, évêque de Rennes, Dol et Saint-Malo