Cercle Aliénor 9 mars 2013

Jacques Darras

Lors de cette séance, la Présidente du Cercle Aliénor, Béatrice Marchal a accueilli chaleureusement Bernard Fournier venu nous présenter Jacques Darras. La communication portait le titre La tentation épique de Jacques Darras. L'auteur a ainsi pu émailler la présentation de lectures de ses poèmes.


Bernard Fournier s'est attaché à rechercher dans le chant poétique de Jacques Darras ses éléments constitutifs. Trois aspects se sont détachés: la terre, l'histoire et la langue.

La terre et notamment les cours d'eau qui viennent non seulement délimiter les frontières mais se transforment en véritable héros. Ainsi le recueil La Maye se divise en 8 chants dont le fleuve devient le héros.

L'histoire est celle de toutes les frontières avec ses guerres qui façonnent les héros et les conduisent vers le voyage, la rupture. L'auteur dans un élargissement épique passe ainsi du fleuve à la mer dans une succession de listes de fleuves et de lieux qui le conduisent de Compiègne à Auschwitz car "il importe de nommer le monde et (...) d'inviter le monde dans son verbe".

Dans cette construction du chant épique une place très importante est laissée à la prosopopée. Dès lors interviennent Jeanne d'Arc ou encore Philippe de Bourgogne. Grâce à cet artifice le poète devient scrutateur, témoin direct de l'épopée. Il devient chanteur. Bernard Fournier souligne combien ce chant donne un aspect physique, proche de la perfornance théâtrale ou de l'opéra. Darras refuse la briéveté et au contraire recherche le souffle "Je cherche une phrase / longue comme une rivière". Il recherche ce souffle et ce rythme du marcheur afin de revenir à l'histoire des hommes.

Son écriture retrouve ainsi l'écho du premier vers de l'Enéide: Je chante les armes et ce héros (Arma virumque cano) et fait de Jacques Darras un poète épique.

Écrire commentaire

Commentaires: 0

Un portrait n'est pas une ressemblance.

 

« Un portrait n'est pas une ressemblance. Dès lors qu'une émotion ou qu'un fait est traduit en photo, il cesse d'être un fait pour devenir une opinion. L'inexactitude n'existe pas en photographie. Toutes les photos sont exactes. Aucune d'elles n'est la vérité. »

 

Richard Avedon

 

 

École de prière 2018

Ordination

Ordination d'Élom

Confirmations des jeunes

Veillée pour la Vie

Consécration du nouvel autel de Ste Lucie.