Cercle Aliénor 12-01-2013

Maggy DE COSTER, Béatrice MARCHAL, Colette KLEIN
Maggy DE COSTER, Béatrice MARCHAL, Colette KLEIN

En cette première séance de l'année 2013, le Cercle Aliénor nous a présenté sa nouvelle Présidente, Béatrice Marchal. Cela a été l'occasion de remercier chaleureusement la présidente sortante Danièle Corre.

L'invitée du mois, Maggy de Costère, nous a proposé de suivre l'itinéraire de vie d'une femme hors du commun, Louise Michel. Son intervention portait le titre: Quand le destin de Louise Michel Croise celui de Victor Hugo.

Cette présentation fut accompagnée par la lecture d'une sélection de poèmes de Louise Michel, mis en voix par Jean François Blavin.

 

L'intervention s'est attachée à nous montrer la partie méconnue de l'histoire intime de Louise Michel. En effet cette grande figure de l'anarchisme français eut une grande admiration pour Victor Hugo. Elle le nomme dans ses correspondances "mon dieu". Elle ajoute "je dois vous écrire pour souffrir moins". Suite à cette correspondance, de passage à Paris, elle se présente au domicile de l'écrivain qui la reçoit sans rendez-vous. De cette  courte entrevue naîtra sa fille Victorine. Elle doit accoucher en secret et abandonner sa fille. Par la suite Victor Hugo interviendra de nombreuses fois en sa faveur, notamment lors de la Commune afin de la libérer de prison. En effet elle passe devant le Conseil de guerre en 1871 et s'attend à être décapitée. Elle affirme lors sa comparution: " J'appartiens toute entière à la Révolution Sociale, si vous n'êtes pas des lâches, tuez moi!" Elle finira par être déportée en Nouvelle Calédonie. Amnistiée en 1880 elle est accueillie triomphalement en France. Elle meurt en 1905. Près de 200 000 mille personnes suivront ce jour là l'auteur de la Marseillaise Noire.

 

 

Commentaires: 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.

" Là où est la paix Dieu habite. " Le Roman de Renart - XIIe siècle.

Tous réunis lors de cette veillée œcuménique pour la paix. Qu'il est bon de voir se réunir et prier toutes les religions pour la Paix.

Eucharistie: Empr. au lat. chrét. eucharistia « action de grâces; ce qui a été consacré par la prière d'action de grâces, le pain, le vin eucharistique » (Blaise), celui-ci empr. au gr. class. ε υ ̓ χ α ρ ι σ τ ι ́ α « reconnaissance; action de grâces », gr. chrét. « le sacrifice de l'Eucharistie ».

Trésor de la Langue française

La célébration de la messe s’ouvre par des rites d’introduction : « ces gestes, qui risquent de passer inobservés, sont très importants parce qu’ils expriment dès le début que la messe est une rencontre d’amour avec le Christ », explique le pape François.

"On exprime ainsi la foi commune et le désir mutuel de rester avec le Seigneur et de vivre l’unité avec toute la communauté.

Et c’est une symphonie priante qui se crée et qui présente aussitôt un moment très touchant"

Audience générale du 20 décembre 2017. Pape Françoise.

Avez-vous choisi votre devise en tant qu’évêque ?

Oui, il s’agit de l’expression latine Sursum corda. La traduction française serait « Haut les cœurs » mais je préfère la traduction liturgique : « Élevons nos cœurs ». Je l’ai reçu comme une évidence pour trois raisons : le cœur est d’abord un lien eucharistique, une source vivante pour la mission que le Christ nous confie. Comme le dit saint Paul, c’est également une invitation à regarder les réalités d’en haut et à bien vivre sur Terre quand le cœur est tourné vers le ciel. Enfin cela signifie que le Seigneur veut habiter nos cœurs.

https://fr.aleteia.org

Agnès Pinard Legry 

05 juin 2018

"Bénir est un acte essentiel de la vie religieuse. L’homme, de nature religieuse, a toujours cherché la bénédiction pour lui ou pour les autres. La Révélation à Abraham jusqu’à son accomplissement dans le Christ est une bénédiction. « Je te bénirai », dit Dieu à Abraham (Gn 12, 2). Et Paul, contemplant l’accomplissement dans le Christ, « loue Dieu qui nous a bénis par toutes sortes des bénédictions spirituelles, aux cieux, dans le Christ » (Ep 1,3). Dieu bénit l’homme ! Voilà l’essentiel."

Selon un article de Mgr Pierre d’Ornellas, évêque de Rennes, Dol et Saint-Malo